Le savon

Posted By: Philippe Lomprez On: Comment: 0 Hit: 94

Ce qu'il faut absolument savoir sur le savon pour ne pas confondre l'Histoire que l'on enseigne avec les histoires que l'on raconte.

Le grand chimiste Michel Eugène Chevreul, père de la chimie moderne, rédigea en 1823, l’équation simple du savon comme suit : Huile + Soude = Savon + Glycérine
Ce faisant, il inscrivit dans le marbre une erreur fatale au savon authentique !
En effet, il établit que le mot Savon désigne un corps différent de la Glycérine, cette dernière apparaissant comme un résidu inutile, alors que tout au contraire, elle est un élément majeur, évitant au savon de n'être qu'un banal détergent.
Conséquence: le savon authentique, dit par saponification à froid, qui intègre la glycérine native c'est à dire issu de sa fabrication, a de nos jours quasiment disparu, il ne reste sur le marché à la disposition du consommateur que deux substituts du vrai savon, premièrement un détergent caustique pourtant nommé savon et deuxièmement un « savon sans savon » issu de l’industrie pétrochimique pompeusement appelé pain dermatologique.
Médecins et dermatologues par ignorance de l’Histoire, firent la même confusion et enterrèrent une deuxième fois le vrai savon en proclamant : « le savon est trop agressif pour la peau », validant pour y remédier, l’arrivée de ce pain dermatologique, ce « savon sans savon » panacée des prescriptions médicales.
L’industrie pétrochimique saisit cette extraordinaire opportunité de « recycler » un syndet (synthetic détergent) mis au point pour l’armée Américaine à seule fin de permettre aux soldats engagés dans la guerre du pacifique de se laver à l’eau de mer dont le sel empêche toute émulsion.
Ce qu’il est très important de savoir également, c’est que dans le cas d’une saponification avec l’ancienne méthode dite « à froid », la vitesse de prise est très rapide, les quantités traitées ne peuvent dons pas être importantes, ce qui rend impossible parce qu’inadaptée sa mise en œuvre à l’échelle industrielle.
Les industriels eurent recours à la méthode du mouillage pour ralentir la vitesse de prise, cette méthode de contournement consiste en l’ajout d’eau lors de la fabrication. Ce procédé ralentit bien la vitesse de prise mais évacue la glycérine facteur de douceur, l’on se retrouve avec d’un côté un savon très décapent vendu comme savon, tout le monde connaît le savon de Marseille ou le savon d’Alep et de l’autre de la glycérine qui est revendue aux laboratoires pharmaceutiques et qui constitue donc une valeur ajoutée.
Seule la méthode artisanale de saponification « à froid » ne recourt pas au mouillage et conserve au savon sa glycérine issue des huile végétales.
Ce vrai savon très doux et respectueux de la peau ne représente plus qu’une tout petite part du marché de la savonnerie.
De nos jours pratiquement tous les savons, à l’exception de ceux faits à froid, sont fabriqués à partir de pâtes déglycérinées importées d’Asie ou d’Amérique du sud auxquelles des savonniers malaxeurs ajoutent des amalgames d’ingrédients divers comme parfums de synthèse, colorants métalloïdes, conservateurs, agents moussant issus de la pétrochimie. Au passage ils obtiennent la mention faits en France ou savon de Marseille, voir même savon artisanal.
Ce qu’il faut savoir également, c’est que la peau est loin d’être une barrière infranchissable, il n’est donc pas difficile de comprendre qu’il est préjudiciable d’instiller quotidiennement même à très faible dose et ce durant toute une vie, des principes actifs issus de l’industrie chimique.
Ces véritables poisons du quotidien, maquillés au nom de la santé et de l’hygiène, s’accumulent dans l’organisme incapable de les éliminer.
La médecine appelle cela « effet iatrogène » ou « effet secondaire nuisible » dont on commence à peine à prendre toute la mesure.
Conclusion: Acheter un savon fait à froid !

Les 4 avantages de la saponification à froid:
1/ Le savonnier peut choisir ses matières premières :
Le gros avantage de saponifier à froid, c’est de choisir les huiles/beurres de base. En effet selon les acides gras employés, le savon aura des propriétés différentes: dureté, pouvoir moussant, émollient… Dans l’industrie, les savons sont majoritairement fait à base d’huile de coco et de palme pour des raisons économiques: les savons sont bien durs, moussent bien et ne sont pas cher à produire, par contre ils peuvent être irritant et dessèchent la peau.
2/ Des savons surgras :
Le fait de calculer précisément les quantités de soude et d’huiles permet de choisir le pourcentage d’huile qui ne sera pas (totalement) transformé en savon.
Un savon surgras à 8% signifie que 8% des huiles seront présentes comme telles dans le savon.
On peut choisir de surgraisser avec les huiles de base (on met moins de soude que nécessaire pour tout transformer) ou de rajouter une huile végétale à la trace, ou bien les deux.
Le surgraissage permet de protéger et nourrir la peau.
3/ La glycérine :
Elle est naturellement formée lors de la saponification et donc présente dans les savons à hauteur de plus ou moins 8% selon les huiles utilisées.
Elle apporte une hydratation et un confort de la peau.
4/ Des produits parfaitement naturels :
La plupart des savonniers à froid utilisent uniquement des ingrédients naturels (et bio): huiles végétales, huiles essentielles, plantes, argiles… ce qui en font des savons sains, biodégradables et doux pour la peau.
Les savons industriels contiennent des conservateurs, colorants et parfums de synthèse, huiles minérales, EDTA…
Un exemple: l’emploi d’ingrédients nommés  CI 77492 etc… il s’agit ici de pigments minéraux, ce sont des oxyde de fer contenant de faible taux de Nickel.
L’eczéma de contact du au Nickel contenu dans les produits de beauté et cosmétiques est en pleine expansion (voir association dermapténe), mieux vaut s’abstenir d’en utiliser.
S’empoisonner, peut-être, mais alors en toute connaissance de cause, le consommateur prenant ses responsabilités, mettant un terme au « je ne savais pas » qui fait tant de dégâts.

Comments

Leave your comment